Johann : « De belles choses peuvent arriver si vous faites le premier pas ! »

Blue Flag International

Direction le pays des vikings, des vélos et des grands blonds, à la rencontre de Johann, engagé au sein de Pavillon Bleu, un éco-label reconnu dans le monde entier. En direct de leur quartier général de Copenhague, il répond à nos questions.

 

Jo

 

Pourquoi as-tu choisi de travailler dans ce domaine ?
Investi depuis longtemps dans le secteur associatif, je voulais allier activité professionnelle et une cause me tient à cœur. Savoir que l’objectif global de ma journée profite à toutes et tous, du local au global, est une vision enrichissante personnellement et professionnellement.

Le super-pouvoir qu’il te faut dans ton travail ?
Rigueur et flexibilité ! Travailler en lien constant avec plus de 50 pays, du Brésil au Japon, de l’Islande à l’Afrique du Sud, du Canada à la Nouvelle Zélande requiert une organisation carrée de son agenda, une vision à long terme de ses objectifs pour laisser une certaine flexibilité dans les taches de tous les jours.

Un exemple parlant: reporter une réunion n’est pas un souci, trois le même jour sur trois fuseaux horaires différents, cela devient un sport.

Selon toi, quelles sont les pré-requis ou qualités importantes ? Ce qui t’a servi (anciennes expériences, expériences extra-professionnelles, autres) alors que tu ne l’aurais jamais imaginé ?
Après de nombreuses expériences bénévoles au niveau local, des expériences nationales et maintenant internationales, les mêmes qualités se retrouvent. De l’empathie, chaque personne est différente, prendre le temps de comprendre ses besoins afin d’adapter ton travail et d’obtenir le meilleur résultat pour elle comme pour nous est primordial.

La prise en compte des contextes et enjeux multiculturels, travailler avec l’Amérique latine et travailler avec la Scandinavie sont deux approches bien différentes mais le résultat doit être le même avec le respect des critères de la certification internationale.

Ton meilleur souvenir ?
Personnellement, en septembre 2014, lors d’un audit en Italie, la visite d’un centre de secours maritime régional, responsable également d’un port de plaisance Pavillon Bleu. Nous avons parcouru quelques miles depuis le port en Zodiac pour un exercice grandeur nature.

Professionnellement, après chaque retour d’expériences de nos charges de projets nationaux comme la création d’une plage accessible aux personnes aveugles au Portugal ou la livraison de chaises roulantes amphibie a Bora Bora. Des souvenirs parmi bien d’autres.

Comment s’organisent (en résumé) ton travail, tes journées ?
Mon activité s’organise autour de dates clé tout au long de l’année. La préparation des jurys internationaux Pavillon Bleu, la coordination des évaluations des sites et l’évaluation internationale, l’organisation des audits internationaux, la réunion annuelle des chargés de projet Pavillon Bleu nationaux, participer à des conférences, workshops, symposiums où cela est nécessaire d’être présent.

En somme, de l’administration et de la coordination de projet international, des audits de plage et port de plaisance, de la communication et des relations publiques pour faire grandir le projet.

Un conseil pour ceux qui voudraient s’engager dans cette voie ?
Soyez curieux, sur le net ou dans la vraie vie, aller à la rencontre des associations, donnez un coup de main, faites vous plaisir. Il y a presque autant d’associations existantes que d’idées pour s’engager. De belles choses peuvent arriver si vous faites le premier pas.

Des liens où te retrouver ou à partager ?
http://www.blueflag.global/
https://twitter.com/TheBlueFlag
https://twitter.com/Tchoook

 

-> Retrouvez les autres interviews


Leave a Reply